• AnneSophie Berard

QUI DECIDE DE CE QUE L'ON MANGE ?Manger, un acte intime, social et politique.


@Martin Parr


Matières à mijoter, une exposition pour réfléchir collectivement


Le Maif Social Club, lieu culturel dont la programmation tisse des liens entre l'Art et la Société et avec qui je collabore depuis plusieurs années maintenant, m'a fait l'honneur de me confier le commissariat de son exposition d'automne portant sur la notion d'autonomie alimentaire. C'est un thème qui soulève de nombreuses questions, tant à l'échelle individuelle qu'à l'échelle collective : Sommes-nous vraiment responsables de ce que l'on mange ? Disposons-nous d'un pouvoir réel pour changer les habitudes et dessiner d'autres voies de consommation, plus raisonnables et plus locales ? Qu'est-ce que le passé et l'histoire racontent de nos usages et de nos habitudes actuelles ? Comment expliquer les paradoxes de production, de répartition et de consommation qui engendrent tant d'inégalités territoriales ? Quelle est la responsabilité gouvernementale sur de tels sujets ?


En présentant le travail de onze artistes internationaux, nous espérons que l'exposition Matières à mijoter invitera à la réflexion et au questionnement collectif autour de ces enjeux alimentaires essentiels.



L'auto-suffisance alimentaire mondiale, un sujet politique.


Depuis 1948, le droit à l'alimentation est reconnu internationalement comme un droit humain universel, ce qui se définit par l'accessibilité et de la disponibilité générale, permanente et durable, d’une alimentation digne et satisfaisante pour chaque individu. Pourtant, 690 millions de personnes souffrent encore de la faim* et ce n'est pas à cause d'un manque de nourriture : nous produisons suffisamment de denrées pour nourrir tous les êtres humains.


Les véritables clés se situent dans les capacités d’approvisionnement et d’accessibilité des pays : les conflits, les inégalités sociales et les catastrophes naturelles constituent ainsi les principaux obstacles à l’établissement d’une sécurité alimentaire générale. Dans la présentation de son programme de lutte contre la faim, la FAO* explique que les gouvernements des pays en développement et la communauté internationale doivent initier, ensemble, une dynamique double : garantir la possibilité d’une croissance agricole locale rapide, et assurer l’accès à de la nourriture pour les personnes sous-alimentées. Cette volonté politique est la seule voie pour atteindre la stabilité économique et sociale dans les pays concernés.



La consommation responsable, un sujet intime et social.


Actuellement, un tiers de la nourriture produite est perdue avant d’être consommée* ; ce gaspillage se répartit sur toute la chaîne alimentaire, depuis la production jusqu’à la consommation. De telles dérives sont les conséquences directes de notre système de surconsommation. L’émergence de nouveaux modèles de pensée permet d’apprendre à consommer collectivement de façon plus responsable : c’est-à-dire moins, et mieux.


Mais nous savons aussi que la façon dont nous nous nourrissons est conditionnée par de nombreux critères liés -ou non- à notre volonté : notre environnement, nos moyens, notre éducation ou encore notre culture. L’indépendance de nos choix individuels et collectifs est ainsi perturbée par un tissu complexe d’influences, parfois invisibles et inconscientes.



Une exposition tout public en entrée libre


L'exposition s'adresse à tous les publics curieux ! Le parcours scénographique, confié à la designer Julie Rothhahn, nous plonge dans un univers rappelant l'univers familier de nos cuisines et un livret-jeu est mis à disposition des enfants afin de faciliter la compréhension des œuvres.


Au fil des œuvres, nous retournerons sur l’Histoire qui a façonné le monde que nous avons aujourd’hui entre nos mains. Nous interrogerons aussi le sens et les répercussions de nos pratiques actuelles afin d’interroger et de réinventer notre façon de vivre ensemble.


Matières à mijoter

Du 02 octobre 2021 au 29 janvier 2022

Maif Social Club, 37 rue de Turenne 75003 Paris

Entrée libre


Commissariat : AnneSophie Bérard

Scénographie : Julie Rothhahn

Production : Artistik Bazaar

Artistes exposés : Martine Camillieri, Ymane Fakhir, Julie Genelin et Françoise Riganti, Subodh Gupta, Mehdi-Georges Lahlou, Azuma Makoto, Laurent Mareschal, Vincent Olinet, Martin Parr, Samuel Saint-Aubin, Studio 31dB.


* Selon le rapport mondial sur l’insécurité alimentaire par l’agence des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO 2020)

* Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture

* Rapport sur la situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture 2019, publié par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).





43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout